Bio



Requiem (nm)

1 – En religion, prière pour les morts.
2 – Musique composée pour cette prière.

Requiem, un mot potentiellement lourd de sens, mais qui, détaché de son acception sacrée, vous invite à pénétrer un univers musical unique, ici celui d’un groupe sur le point de tirer sa révérence. Non, cet album n’est pas une épitaphe auditive. Il est le prolongement logique d’une discographie riche et intense. Après deux décennies au service d’un rock puissant aux résonances métalliques, qui l’auront vu fouler les plus belles scènes de France, de l’Elysée-Montmartre à l’Olympia, en passant par les festivals les plus prestigieux, AqME sort son neuvième album studio.

Requiem est un disque aussi cohérent que contrasté, sur lequel on retrouve tous les éléments qui ont forgé l’identité du combo. Après des débuts influencés par le rock alternatif américain, puis une évolution qui a vu le metal servir un propos plus viscéral, AqME a trouvé un nouvel équilibre incarné à travers ses deux dernières réalisations studio. Requiem est donc son point d’orgue, un vrai album de rock, à la fois instinctif et élaboré.

La puissance délivrée par « Sous d’autres cieux » vient se frotter à la rugosité et la colère dégagées par « Un autre signe ». Au-dessus de ce bouillonnement plane la mélancolie inhérente à la musique du groupe. AqME a toujours composé avec ce sentiment complexe, qu’il soit habillé de saturation ou paré d’arpèges. On peut la retrouver dans chaque couplet de l’intense « Enfer », comme sur le magnifique « Sans oublier » qui vient conclure l’album. Avec Requiem, le groupe délivre sa palette d’émotions la plus large et la mieux maîtrisée en deux décennies de rock fiévreux.

Une maîtrise qui doit autant à l’implacable rythmique basse-batterie imposée par Étienne et Charlotte, au chant de Vincent dont l’éventail vocal s’est étoffé au fil des enregistrements, qu’à l’incroyable jeu de guitare de Julien, capable de délivrer des riffs acérés comme des ambiances dignes des meilleurs groupes de post rock. Organique et poignant, Requiem se révèle être le plus beau cadeau d’adieu qu’AqME pouvait faire à ses fans. À la fois résumé parfait et conclusion ultime d’une carrière qui s’achève sans larmes, ni regrets, juste avec le sentiment d’avoir tout donné, sans jamais faire de concession. Tout ce qu’on demande à un vrai groupe de rock.